Select Page

Qualité de vie au travail

La Qualité de Vie au Travail, et si c’était juste un effet de mode ?

Le Qualité de Vie au Travail, effet de mode ou réel enjeu pour nos entreprises ?

A l’IFI nous sommes convaincus qu’une économie au service de l’Homme et qui le replace au cœur de son fonctionnement est une économie qui a de l’avenir devant elle ! Une économie qui saura répondre aux défis de la globalisation, de la connexion croissante et de la recherche de sens de plus en plus affirmée des citoyens.
Or l’entreprise est l’acteur principal de l’économie, elle doit donc prendre soin de son capital le plus précieux, son capital humain.
Pour nous le Qualité de Vie au Travail et donc loin d’être un effet de mode ! C’est même l’un des enjeux majeurs d’un management de qualité.
Le lien entre Qualité de Vie au Travail et performance des équipes n’est plus à prouver (voir cette étude passionnante menée par la DIRECCTE de Rhône-Alpes ICI). Le bien-être au travail représente d’une part la notion de santé physique et mentale donc de réduction des risques psychosociaux (RPS), mais elle se réfère aussi aux notions de satisfaction et d’épanouissement dans et par le travail.
La QVT a été formalisée en France via l’Accord National Interprofessionnel du 13 juin 2013 :
« La performance d’une entreprise repose à la fois sur des relations collectives constructives et sur une réelle attention portée aux salariés en tant que personnes »
Il définit la QVT comme l’ensemble des actions qui permettent de concilier l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises.
Elle peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement.

Il n’y a pas de référentiel claire et partagé de la QVT, mais des champs ont été définis :

La QVT permet

1) L’amélioration de l’engagement des salariés

Un salarié épanoui, bien dans son job et en bonne santé aura un niveau de motivation et d’efficacité plus élevé. C’est aussi une personne qui a le sentiment de maîtriser ce qu’il fait et qui en est fier !
L’instauration d’un climat de confiance et de coopération où le sentiment d’appartenance, de responsabilisation et d’autonomie vont donc développer l’engagement des salariés et donc l’efficacité et la proactivité tant au niveau individuel que collectif et par là la rentabilité de l’entreprise elle-même.
A contrario le désengagement des salariés peut avoir un coût important pour l’entreprise : turn-over, accidents du travail, absentéisme, négligences, détérioration de l’image de l’entreprise…

2) L’instauration d’un fonctionnement propice à l’innovation

L’enchainent est logique : l’épanouissement permet la créativité par laquelle l’innovation peut émerger. Pour cela il faut prendre en considération les suggestions des salariés et promouvoir les auteurs de bonnes idées (80% des innovations viennent de salariés 3 niveaux en dessous de l’équipe dirigeante), voir le droit à l’erreur comme un outil de progrès, considérer les obstacles comme des opportunités.

3) La réduction du stress et la prévention des RPS

Bien-sur le bien-être au travail participe à l’amélioration de la santé physique et psychologique de tous donc il prévient les RPS et réduit le stress. Par ricochet, il favorise la baisse des accidents du travail et des arrêts maladies.

4) L’anticipation et la préparation aux métiers de l’entreprise

La capacité du manager à promouvoir un processus d’adaptation et d’autorégulation face aux difficultés et contraintes rencontrées, à faire preuve de proximité avec la réalité du travail, lui permet d’avoir une analyse beaucoup plus fine et plus proche de la réalité des besoins en compétences du métier.
Et vous, où en êtes-vous en termes de bien-être au travail de vos équipes ? Quelles actions avez-vous mis en œuvre pour améliorer la qualité de vie au travail et réduire les RPS de vos collaborateurs ?
Pour toutes ces questions, nous sommes là pour vous accompagner et vous proposer diverses solutions en fonction de vos besoins et de votre contexte.